Guides sur les piercings intimes féminins et masculins

Le sens littéral de « piercing » en anglais est « percer ». Peu de gens s’étonnent de la présence de piercings sur toutes les parties du corps, y compris les plus intimes, dans le monde moderne. Pourtant, il y a quelques décennies, la situation était différente. Dans un passé pas si lointain, seules les femmes et seules les oreilles pouvaient être percées. Seuls les jeunes hommes les plus courageux pouvaient s’offrir le même piercing à l’oreille. Les autres perforations du corps étaient considérées comme extrêmement impolies, car elles étaient surtout le fait de divers anticonformistes ou bizarres.

Les origines des piercings

Selon les historiens, les piercings existent depuis des milliers d’années. Les fouilles archéologiques ont permis de découvrir divers dispositifs de perçage qui servaient d’ornements. Malheureusement, les processus de décomposition ont rendu impossible l’identification des zones d’incision. Le piercing est une forme d’ornementation corporelle si ancienne que les seules sources d’information à son sujet sont les peintures rupestres, les restes momifiés et les références dans les textes anciens.

Il est de notoriété publique que le perçage des oreilles est pratiqué dans le monde entier. Le cadavre d’un Aetzee a été découvert en Australie avec des piercings dans les oreilles pour l’ornementation. Cet artefact est vieux de 5 300 ans. Les anciens Égyptiens, Romains et Grecs portaient des boucles d’oreille dans le conduit auditif. Il s’agissait souvent de pendentifs ornés de pierres précieuses.

Dès 2 000 ans avant J.-C., les habitants de l’Orient pratiquaient des piercings dans les narines. Avec l’aide des migrants, cette mode a fait son chemin jusqu’en Inde, où elle est devenue un élément indispensable de l’apparence de toutes les femmes indiennes, conservant sa popularité jusqu’à aujourd’hui. Ce type de bijou est visible sur les sculptures de la divinité Lakshmi et est généralement porté par les mariées pour compléter leur robe.

Les Indiens d’Amérique et les aborigènes de Nouvelle-Guinée avaient l’habitude de décorer le septum des narines avec des os d’animaux, des canines et du plumage aviaire. Le visage d’un guerrier orné de tels accoutrements véhiculait courage et force spirituelle. Le perçage rituel de la langue avait une signification particulière, mais on ne sait pas pourquoi il était pratiqué. Dans les pays arabes, les piercings des narines étaient généralement ornés d’ornements en or.

Le perçage des lèvres et les passages par lesquels les lèvres, les lobes d’oreille et même les pommettes étaient « décorés » sont devenus partie intégrante de la culture africaine. Ils portaient des plaques d’un diamètre énorme afin d’empêcher les ouvertures des tunnels de s’agrandir, voire de les empêcher de se produire.

Sous l’Empire romain, les soldats se faisaient percer les mamelons pour démontrer leur masculinité. Au Moyen-Âge, les femmes à la mode ornaient leurs seins de la même manière. Elles pouvaient afficher cette attirance dans des vêtements extrêmement révélateurs.

Le Kamasutra évoque la pratique des mutilations génitales. Les anciens Indiens augmentaient ainsi la sensibilité lors des contacts sexuels et des caresses.

  Les indicateurs d'alerte d'un mariage défaillant

Le processus de pénétration pour un piercing

Les piercings ne devraient être pratiqués que par un maître perceur expérimenté dans un salon stérile avec des instruments stérilisés, en particulier dans la région intime. Aucune manipulation indépendante n’est concevable.

Le processus se déroule comme suit :

  1. La zone de l’épiderme qui sera percée est traitée avec un antiseptique.
  2. faire une marque sur l’épiderme pour indiquer l’emplacement du piercing.
  3. Si le patient a un faible seuil de douleur, une anesthésie est nécessaire.
  4. L’expert perce la plaie à l’aide d’un instrument spécialisé qui permet à la fois de percer l’épiderme et d’insérer la boucle d’oreille.
  5. Le spécialiste reliera le bijou et le fixera à l’attache.

Après l’intervention, le maître donnera des instructions pour l’entretien de la cavité nouvellement créée.

Ce type de piercing présente des caractéristiques et des nuances uniques que tous les professionnels ne peuvent pas prendre en compte. C’est pourquoi le choix d’un spécialiste doit être fait avec soin.

Différents types de piercings intimes

La perforation des petites lèvres. C’est la forme la plus basique de piercing intime. Elle se caractérise par une cicatrisation et une exécution rapides.

La perforation des grandes lèvres. L’emplacement de la perforation est déterminé par la raison de l’intervention : Dans ce cas, l’ouverture est placée plus près du clitoris afin d’améliorer la sensibilité de la partenaire. Si le piercing est destiné à procurer du plaisir au compagnon, il doit être pratiqué à proximité des organes génitaux. Une telle intervention est difficile à réaliser et la convalescence dure trois à quatre mois.

Le couvercle du clitoris est percé. C’est l’un des piercings les plus répandus. Il est possible de pénétrer le pli cutané verticalement et longitudinalement.

Perforation du clitoris. Ce type de piercing convient aux femmes ayant une structure génitale particulière. Comme ornement, il est recommandé d’utiliser un petit objet qui augmente la sensibilité du clitoris. La cicatrisation dure un à deux mois.

La perforation du point de rencontre entre les lèvres et le pubis. Ce type de piercing ne peut pas stimuler les zones d’excitation ; son but est purement esthétique. Avant de procéder à un tel piercing, il est prudent de prendre en compte la gêne potentielle occasionnée par le port de pantalons contraignants.

Perçage cutané profond au-dessus du clitoris et jusqu’à l’apex vénérien. La cicatrisation est longue et difficile. Le risque de la piqûre réside dans sa proximité avec le nerf clitoridien.

Le piercing génital superficiel. Il s’agit d’un piercing génital. Il permet l’implantation de microdermiques. Un piercing dans cette zone nécessite une attention particulière pendant la période de cicatrisation et le risque de rejet est élevé.

Les piercings intimes masculins

Les dydoïdes. L’un des piercings les plus récents et les plus contemporains. Au cours de la procédure, les deux côtés de la tête du pénis sont percés par paires. De petites tiges sont placées dans les ouvertures ainsi créées. Cette forme de piercing ajoute du piment à la vie sexuelle du couple.

  Comment savoir si un homme vous aime ?

Frenum. Piercing européen destiné à augmenter la jouissance. La perforation est réalisée à la racine du crâne. Un ornement est inséré dans le piercing, qui est ensuite enroulé autour du phallus à l’aide d’un anneau. Pendant l’excitation, il cache et comprime l’organe pour éviter l’éjaculation précoce.

Royal Albert. Ce piercing doit son nom à l’ostentatoire prince Albert, dont le pénis était si grand qu’il lui était difficile de porter des pantalons contraignants. Et comme les pantalons larges n’étaient pas à la mode à l’époque, l’ingénieux descendant royal préférait créer un anneau dans la tête de son organe génital et l’attacher à sa ceinture plutôt que d’abandonner ses bas. La perforation pénètre dans l’urètre, mais n’entraîne pas d’effets indésirables. L’activité sexuelle doit être retardée jusqu’à deux semaines.

Ampallang. Ce type de piercing est rarement pratiqué. Il est répandu parmi les peuples indigènes d’Indonésie, qui l’utilisent dans leurs rituels. Le piercing est pratiqué latéralement sur l’extrémité du pénis. Le bijou peut pénétrer dans l’urètre ou à un endroit proche.

Quand ne puis-je pas me faire percer ?

Les personnes qui souhaitent un piercing génital doivent savoir qu’elles devront percer la région la plus sensible du corps, où se trouvent de nombreux récepteurs nerveux. Il serait donc inapproprié de qualifier cette procédure d’indolore. Si l’on mesure la douleur du piercing intime sur une échelle de 10 points, elle atteindra le maximum de 10 points. Toutefois, le seuil de douleur d’une femme et ses caractéristiques individuelles jouent un rôle plus important. Selon de nombreux clients de salons de piercing, le processus de récupération peut être nettement plus douloureux que le piercing initial. Il est préférable d’utiliser une anesthésie locale si le patient a peur de l’intervention ou s’il n’a pas l’endurance nécessaire.

En raison de la perturbation de l’épiderme, l’intervention présente un certain nombre de contre-indications :

  1. Diabète sucré.
  2. Sensibilité aux métaux ou aux anesthésiques
  3. Maladies du sang.
  4. Diminution des défenses de l’organisme.
  5. Maladies des organes internes.
  6. Plaies cutanées.
  7. Les troubles psychiatriques occupent la septième place sur la liste.
  8. Les maladies infectieuses constituent la huitième catégorie.
  9. Les maladies vaginales infectieuses, fongiques et bactériennes occupent la neuvième place.

Le salon de piercing peut ne pas exiger une note d’un médecin autorisant la procédure, mais vous devez vous rappeler que le mépris de votre propre santé peut être insensible.

Préparation des piercings intimes

Pour qu’une intervention aussi atroce que le piercing n’aboutisse pas à une déception, vous devez prendre les précautions suivantes :

  1. Avant l’intervention, vous devez vous assurer qu’aucune infection n’est présente dans votre corps.
  2. respecter les recommandations concernant l’entretien de la plaie.
  3. Effectuer l’intervention exclusivement dans des cabinets spécialisés.
  4. N’achetez que des bijoux fins fabriqués à partir de métaux hypoallergéniques tels que le titane, l’or ou l’implantium.
  5. Éviter la piscine, le sauna et le solarium.
  6. S’abstenir de toute relation intime pendant la période de récupération.
  7. Ne pas retirer les bijoux tant que l’incision n’est pas complètement guérie.
  Comment rendre une fille heureuse ?

Avantages et inconvénients des piercings

Beaucoup affirment que la présence de métal dans la région génitale a un puissant effet stimulant sur la région intime. Certaines personnes sont typiquement excitées par la vue ou la notion de zones intimes embellies.

Certaines personnes n’envisagent même pas la possibilité qu’elles ou leur compagnon aient des fragments de métal qui peuvent traumatiser l’épiderme. Le fait de ne pas pouvoir se détendre complètement empêche les individus de s’amuser.

Les modifications corporelles modernes peuvent choquer ou horrifier certaines personnes, mais pour des raisons indéterminées, elles trouveront toujours des partisans. Pour certains, le piercing intime est un jeu d’enfant, tandis que pour d’autres, il s’agit d’une intrusion brutale dans la vie privée d’une personne et d’une forme de violence physique. Se faire percer ou ne pas se faire percer, faire ou ne pas faire, chacun décide pour lui-même ; le plus important est de ne pas regretter sa décision.

Mythes sur les piercings

Les lobes d’oreille ne doivent être percés qu’à des endroits strictement délimités, car tout le conduit auditif est rempli de points dangereux et de terminaisons nerveuses. Les infractions aux règles et la pénétration dans des zones restreintes peuvent entraîner la surdité, la perte de la vue, l’épuisement et d’autres maladies.

Cette affirmation est fausse. Même si les récepteurs nerveux sont touchés, seuls l’inconfort et l’agonie sont ressentis. Pour éliminer ces sensations désagréables, il suffit de retirer les ornements de l’oreille.

L’alcool frémissant ou l’alcool à friction permettent de stériliser les instruments et les ornements.

Si cela suffisait, pourquoi ces méthodes ne sont-elles pas utilisées dans les cliniques au lieu de stérilisateurs spécialisés ? Des températures extrêmement élevées sont nécessaires pour éradiquer toute la microflore pathogène.

L’utilisation d’un appareil spécialisé pour réaliser les piercings est beaucoup plus sûre et moins traumatisante.

Ce n’est pas le cas. Il est impossible de décontaminer efficacement ces armes à feu. Au lieu d’une perforation propre, l’appareil crée une lacération, qui guérit beaucoup plus lentement et douloureusement.

Est-il exact que tous les tatoueurs sont également des perceurs qualifiés ?

Non, même si certains d’entre eux sont des maîtres dans leur art, il ne s’ensuit pas qu’ils soient également compétents dans un autre. L’anatomie humaine n’a rien à voir avec la discipline du dessin. Pour gagner plus d’argent, les propriétaires de ces salons tentent de devenir généralistes.

Check Also

person in white shoes standing on gray concrete road

Le bonheur : entre quête individuelle et enjeu collectif

Le bonheur est un sujet qui traverse les âges. Dès l’Antiquité, philosophes et penseurs se …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *